Accueil > Langues > Paicî > Corpus de textes
 

Corpus de textes

  • L'antenne paicî-cèmuhî.
I wârâpwârâtùra kârâ ALK nâ éré paicî-câmuki nâ tââ i wârâija les 3A béaa wâ nâpô Pwêêdiwimiâ. Tëpiri nâ 23 kârâ parui octobrekârâ nâja 2009, i wâ bèèpwiri nâ é pârâ ba é wakè wêê tôô « chargée de mission » â përë töötù nâ ru piwakè mâ i « académicien ».
Wakè kârâ i wâ bèèpwiri nâ é töpwö pâ nâèë goro êmû kârâ pa pwârâtùra paicî : jè pairi âboro nâ dau pwa, i cèmûhî : bé êrêilu pwârâtùra, i haeke nâ pai tépa tââ Bako â i bwatoo nâ pai tépa tââ Népou. Êrêilu du pwârâ tùra nâ tââ goro picéé nâpô : i ajië mâ i pijé.

L’antenne régionale de l’ALK pour la région paicî-câmuki se trouve  dans l’ancien restaurant les 3A dans la commune de Poindimié. Inaugurée le 23 octobre 2009, elle comprend par une chargée de mission et un académicien.
Elle a pour mission première de fixer les normes graphiques des langues et des dialectes relevant de la zone considérée : le paicî, langue majoritaire ; le cèmûhî : seconde composante linguistique ; le haeke qui se parle uniquement dans la tribu de Bako ; le bwatoo à Népou et deux autres langues limitrophes : le ajië et le pijé.
Ce texte a été collecté auprès d'Anna Gonari.
 
 Quelques couleurs
Vous devez disposer du plugin Flashplayer afin de lire cette vidéo.
  • Chronique en langue paicî.
Naa nâ paicî nâ êrêpëpé pa nêêrê mûrû târâ tunêê i ûgöö : « ûgöö » nâ pai inâ-rë diri. Pwa i ûgöö nâ tââ pââ ni goro pwiritéé nâ jè inâ goo mâ « ito ». Jè cibwaa pinanâimâri bau i tù. Pwacoé nâ câ jè caa tëmôgööri-é ba é nyê tââ nâ pwârâ éré bèèpwiri. Pwa i ûgöö nâ jè dau côô naa nâ nâpwé nâ duu â mâinâ pâ î-ê  nâ « ôngiâ ». Nâ pwa i « doopa » nâ jè inâ nâ goo ê ûgöö nâ bwaa géré pai maînâ kêê â pwiri-é nâ pâri mâ jè inumu ; ê kaa nâ jè ca ba pwaa boo naa nâjawé. Ûgöö bèèpwiri nâ é tââ pââ ni nâiriwâ mâ nâpwé.  

En paicî, il existe au moins quatre termes pour désigner la crevette : ûgöö est le terme générique définissant l’espèce. Ito désigne celle qui vit près des cascades. Ôngiâ est utilisé pour indiquer celle qui vit dans un creek et qui a d’énormes pinces noires (facilement identifiable car elle est plus sauvage). La dernière appellation doopa est attribuée aux crevettes en cours de croissance, reconnaissables par leur enveloppe transparente presque blanche et qu’on aperçoit souvent à la rivière et au creek.
Ce texte a été collecté auprès d'Anna Gonari.
 
  • Ija nâgöri : la fête de l'igname.
Naa nâ i nyâmânyâ kë âboro duu nâ jèè téépa ê pëërë târâ pi-ija nâgöri. Géé pomârâ wâ tia pôgöörö wâ mâ wâ bë ni boo görö pa pô nâ jè nyê jèpa pwa pi-ija nâgöri wërë pai töpwö kë tépa ijaao kë-jè naa nâ ê éré nâpô bèèpwiri éé éré kârâ jèpa pwârâtùra. Géé nâ cèùrù ê pwi töötù nâ rë dau tépacîrî tépa âboro géé nâpô nâ ê utimûrû bèèpwiri nâ jèè pâri mâ jè nyê të ija pâ mâ töpwö târâ icuri.

Dans le calendrier culturel kanak, l’heure est arrivée de fêter les premières ignames. Du Sud au Nord, en passant par les îles, la fête se déroule dans la pure tradition c’est-à-dire en respectant toutes les étapes consignées dans chaque aire coutumière ou encore linguistique. Après cet évènement tant attendu des  habitants, le tubercule pourra être consommé quotidiennement et présenté sur les étals du marché.
Ce texte a été collecté auprès d'Anna Gonari (2011).
 
Ce texte est affiché si le client n´a pas le plugin flash, ou bien a eu version ‹ 9
  • Berceuse Tiiti go nâri ja : berceuse

Cette berceuse est très largement répandue et connue dans l’aire paicî. Elle est chantée par les femmes à l’intention des petits enfants âgés de 0 à 3 ans pour les bercer. Elles ont une fonction d’endormissement, d’apaisement, de distraction et sensibilise par la même occasion l’enfant aux différentes langues et niveaux de langage. Dans cette berceuse, le texte très ancien fait référence à de nombreux parlers qui ne peuvent pas être traduits, mais n’empêchent aucunement son interprétation. Elle a été collectée auprès d’Anna Gonari par Stéphanie Geneix-Rabault (Nouméa, 2009).


Tiiti go nâri ja go mwâ go mwâ go pilio go tabibi nâ ariko go wakè nâ calatè waapwi ti pajo pajoro ti pa tâ déla ualalai ket.

Ce texte est affiché si le client n´a pas le plugin flash, ou bien a eu version ‹ 9
  • Pwârâpwaa : poème

Ce pwârâpwaa a été récité par Mme Gorou de la tribu de Tchamba en 2004 à Mme Wetta- Gurrera. Il relate l’aventure d’Ito qui se déplace de région en région vers la vallée de Tiwaka où il est attendu avec les siens pour un mariage. Au cours de son itinéraire, il rencontre les maîtres des lieux qui essaient de le retenir. Malgré tout, Ita ira jusqu’au bout de son chemin, de sa destinée. Ce petit poème, qui peut aussi bien être interprété en berceuse qu’en comptine, contient de nombreuses nominations toponymiques et anthroponymiques. Il est interprété ici par Anna Gonari et enregistré par Stéphanie Geneix-Rabault (Nouméa, 2009).

Gë pââ pë co ito? Où vas-tu Ito?
Go boo boo Nawakë. Je m’en vais à Tiwaka.
Wârico mâ wë-iju. Si seulement on pouvait partir ensemble.
Yâ gonââ câ wënâu? Mais pourquoi, que se passe-t-il?
Nyê të âco i â-ô. C’est à cause de mon pied.
I â-gë ia wënâu? Ton pied, qu’est-ce qu’il a?
Töpëgë ê bwërë-tââ, Une huître l’a déchiré,
èti i paratu, Il a été coupé par une autre huître,
töpëgë ê bwërë-tââ, tranché par un « bénitier assis »,
cöpëgë cè pé të tu, en le touchant à peine,
é èti cè pé cèpo të köcö, égratigné par l’herbe cèpo-të-köcö,
nââ boo göröpéito, là-bas à Göröpéitoo,
wâ dö nâ-wé kë pa pwâri, dans le chenal des Pwâri,
nâ au-upi jèpë, là où on découvre les bivalves jèpë,
au tââ döö pwaakûû, où accostent les palourdes,
au éoo jèpë bwërë, où nagent les bivalves bénitiers,
au tââ dö béwâri gé, où arrivent les parts d’offrandes,
nâ-wé au-u ânyê. dans le chenal où l’on ravive le feu.
Ce texte est affiché si le client n´a pas le plugin flash, ou bien a eu version ‹ 9
  • Tagadé : histoire

Ce texte a été recueilli par Alban Bensa auprès de Mme Barthélémy Aramoto Göröcâ à Saint- Yves en septembre 1973. Il est souvent raconté aux petits enfants comme aux plus grands. Il retrace l’histoire de deux vers qui préparent leur tarodière. Pendant que l’un prépare ses plants, l’autre profite de son absence pour piétiner son champ. Il est interprété ici par Anna Gonari et enregistré par Stéphanie Geneix-Rabault (Nouméa, 2009).

Ägù göri mâ ägù ûgéé. Histoire de Ver-Court et de Ver-Long.
« Ru mwââ tââ ägù ûgéé mâ âgù göri ; Ils font leur tarodière.
â ru mwââ pwa nâgara ; Ver-Long dit à Ver-Court : « Reste-là, moi je
â é inâ wë ägù göri pââ : « gë tëpo tââ nî vais chercher des boutures pour ma
ba go bwaa pâ nâu mûdërë cè aara i tarodière »
nâgara kôô » ; Ver-Long s’en va,
â é pârâ wë âgù göri ; va chercher des boutures de taro et il revient.
â é pâ nâu pwaa nüpwa ; â é mê, Il arrive auprès de Ver-Court
â é tèèpaa mê dari wë âgù ûgé ; et lui demande : « Qui donc a piétiné ma
â é inâ pââ : « wëilë pë nâ cönôôri i nâgara tarodière ?»
kôô ? » « Je n’en sais rien », répond Ver-Court.
â é inâ wë âgù ûgéé pââ : « îî ! » « Comment ça tu n’en sais rien, alors que
â é inâ wë ägù göri pââ : « îî dë nâ pé të c’est toi ! »
wëgë » Ver-court met la tête dans ses mains et
â é tu dö naa nâ pûrû-ê wë âgù ûgéé â é i ; pleure.
â é inâ wë ägù göri pââ : « cibwaa i â gë Ver-Long lui dit : « Ne pleure pas ! Ecoute
tëmââri i ju nyâbi kôô : ku dédé, ku dada plutôt ma petite chanson : ku dédé, ku dada
ka tö nyâbi. » ka tö nyâbi. »
nâbwé â é inâ wë tëmû döörö dapa pââ : Alors la sorcière Tâmû-dörö-dapa s’écrie :
« wëilë nâ i co pa èpo ? » « Qui pleure les enfants ? »
â é inâ pââ : « wë ägù ûgéé ba é cödëpa i « C’est Ver-Court parce qu’il abîmé la
nâgara kë âgù göri » tarodière de Ver-Long ! »
â é inâ pââ : « cibwaa i â gë tëmââri i ju « Ne pleure pas », lui dit-elle, « Ecoute plutôt
nyâbi kôô : wâdé kaa ba ia gë töri i taati ma petite chanson…
kôô naa géé Pwëwééca Pwëwéduru C’est bien fait car c’est toi qui a pris mon
Pwëwépwëwé pi-töri taati. » peigne là-bas à Pwëwééca, Pwëwééduru,
Pwëwépwëwé pi töri taati ».

 

Ce texte est affiché si le client n´a pas le plugin flash, ou bien a eu version ‹ 9
  • Puu kaa : Dors. Poème

Ce poème est plutôt récité aux enfants plus grands et qui sont en âge de comprendre dans un but ludique tout en faisant référence à une anthroponymie variée. Ce genre littéraire permet d’aborder différents champs lexicaux et obéit à une structure particulière : la versification. Il a été collecté auprès d’Anna Gonari par Stéphanie Geneix-Rabault (Nouméa, 2009).

Puu kaa mâ jè puu Dors, pour que nous dormions
mâi kaa mâ jè mâi repose-toi, pour notre repos
puu taa gërëri pwaa dors attendant l’aurore
puu tépacîrî gopaé dors attendant midi
taa gërëri té töötù en attendant la lumière,
tépacîrî go titiara et le soleil à son zénith.
nâ é caa nâ ni dö nâ-da puis il se reposera là-haut,
nâ é duu dö nâ daii plongera parmi les sapins
cö nâmi dö nâ daurèè frôlera ceux de la montagne
duu dö nâ waapwii pénètrera dans les pins,
wâ dö nâ daurèè Wëté parmi les sapins de Waté,
wâ dö nâ daii Pwùrùdë dans les sapins de Pwùrùdë
nâ daurèè Göièta les sapins de Göiéta,
nâ daii Mwâbèèrù et ceux de Mwâbèèrù
daii nâ Pwérétöötù. les sapins Dans-le-ciel.

 

Ce texte est affiché si le client n´a pas le plugin flash, ou bien a eu version ‹ 9
  • Comptine numérique sur les nombres

La numération en langue paicî (et plus généralement en langues kanak) présente quelques caractéristiques qu’il convient de préciser ici. Deux termes sont récurrents : â qui se traduit par « et » et görö par « plus ». Pour débuter la numération, il existe des termes spécifiques pour dire « un » caapwi ; « deux » êrêilû ; « trois » êrêcié et « quatre » êrêpëpé. Ensuite, elle se base sur les membres du corps humain plus particulièrement sur :

  •  î « les mains», 
  • â « les pieds », 
  • et âboro « l’homme».

Littéralement, caa kârâ î-jè qui signifie « cinq » se décompose de la manière suivante :

  • caa, le diminutif de caapwi qui veut dire « un »,
  • kârâ qui sert de joncteur entre caa et î,
  • î, « la main »,
  • jè, « nous »,
  • soit « une des deux mains » donc les cinq doigts.

Quant à « dix » duîjè, il signifie littéralement « les deux mains » et se compose ainsi :

  • du, « les deux »,
  • î, « main »,
  • jè, « nous ».

Dans la logique, duîjè-â-jèâjè « quinze », désigne « les deux mains et un pied » :

  • du, « les deux »,
  • î, « main »,
  • jè, « nous »,
  • â, « et »,
  • jè, « un » (l’article indéfini),
  • â, « pied »
  • jè, « nous ».

Une fois que les mains et les pieds sont cités, ensuite on passe à âboro « l’homme ». Caapwi âboro pour « vingt », deux mains et deux pieds, soit dix doigts et dix orteils :

  • caapwi, « un »,
  • âboro, « homme ».

Puis pour vingt-cinq, caapwi âboro â jè î-jè « une personne et une main », etc.

Cette comptine numérique a été collectée à Nouméa en 2009 auprès d’Anna Gonari par Stéphanie Geneix-Rabault.

1 Caapwi 31 Caapwi âboro â du î-jè görö caapwi
2 Êrêilû 34 Caapwi âboro â du î-jè görö êrêpëpé
3 Erêcié 35 Caapwi âboro â du î-jè â jè â-jè
4 Erêpëpé 36 Caapwi âboro â du î-jè â jè â-jè görö caapwi
5 Caa kârâ î-jè 39 Caapwi âboro â du î-jè â jè â-jè görö êrêpëpé
6 Caa kârâ î-jè görö caapwi 40 Êrêilû âboro
7 Caa kârâ î-jè görö êrêilû 41 Erêilû âboro görö caapwi
8 Caa kârâ î-jè görö êrêcié 44 Erêilû âboro görö êrêpëpé
9 Caa kârâ î-jè görö êrêpëpé 45 Erêilû âboro â jè î-jè
10 Du î-jè 46 Erêilû âboro â jè î-jè görö caapwi
11 Du î-jè görö caapwi 19 Erêilû âboro â jè î-jè görö êrêpëpé
12 Du î-jè görö êrêilû 50 Erêilû âboro â du î-jè
13 Du î-jè görö êrêcié 51 Erêilû âboro â du î-jè görö caapwi
14 Du î-jè görö êrêpëpé 54 Erêilû âboro â du î-jè görö êrêpëpé
15 Du î-jè â jè â-jè 55 Erêilû âboro â du î-jè â jè â-jè
16 Du î-jè â jè â-jè görö caapwi 56 Erêilû âboro â du î-jè â jè â jè görö caapwi
17 Du î-jè â jè â-jè görö êrêilû 59 Erêilû âboro â du î-jè â jè â-jè görö êrêpëpé
18 Du î-jè â jè â-jè görö êrêcié 60 Êrêcié âboro
19 Du î-jè â jè â-jè görö êrêpëpé 65 Erêcié âboro â jè î-jè
20 Caapwi âboro 70 Erêcié âboro â du î-jè
21 Caapwi âboro görö caapwi 75 Erêciéâ boro â du î-jè â jè â-jè
22 Caapwi âboro görö êrêilû 80 Erêpëpé âboro
23 Caapwi âboro görö êrêcié 85 Erêpëpé âboro â jè î-jè
24 Caapwi âboro görö êrêpëpé 90 Erêpëpé âboro â du î-jè
25 Caapwi âboro â jè î-jè 91 Erêpëpé âboro â du î-jè görö caapwi
26 Caapwi âboro â jè î-jè görö caapwi 94 Erêpëpé âboro â-du î-jè görö êrêpëpé
27 Caapwi âboro â jè î-jè görö êrêilû 95 Erêpëpé âboro â du î -jè â jè â-jè
28 Caapwi âboro â jè î-jè görö êrêcié 96 Erêpëpé âboro â du î-jè â jè â-jè görö caapwi
29 Caapwi âboro â jè î-jè görö êrêpëpé 99 Erêpëpé âboro â du î-jè â jè â-jè görö êrêpëpé
30 Caapwi âboro â du î-jè 100 Caa kârâ î-jè âboro
Ce texte est affiché si le client n´a pas le plugin flash, ou bien a eu version ‹ 9