Accueil > Langues > Paicî
 

Paicî

Faisant partie des 28 langues kanak de la Nouvelle-Calédonie, qui appartiennent à la famille austronésienne du groupe océanien, le paicî, est la langue de la Grande-Terre la plus parlée. Selon le recensement ISEE de 1996, elle comptait 5498 locuteurs répartis sur les deux versants de la Grande-Terre : sur la côte est, de Monéo jusqu’à Amoa et sur la côte ouest, de Koné jusqu’à Pouembout et une partie de Poya.

Le paicî côtoie aussi d’autres langues comme l’ajië (dans la commune de Poya et la partie sud de Ponérihouen), le cèmûhî (au-delà de la vallée d’Amoa) et les dialectes de la région de Voh- Koné.

Le paicî est une langue tonale qui comprend trois tons : haut, bas et moyen. Ces tons permettent de distinguer deux mots dont le signifiant est le même mais qui ne désignent pas le même signifié, comme dans les exemples suivants :

u
(ton haut) « génie » vs u (ton moyen) « vent »
pwâ (ton haut) « bouche » vs pwâ (ton moyen) « tortue »

 

La notation des tons ne semble pas essentielle dans l’écriture courante, bien qu’elle soit utile pour les non locuteurs afin de préciser la bonne prononciation des termes. Pour les locuteurs, la tonologie et l’intonation se font naturellement depuis l’apprentissage de la langue. Les propositions d’écriture détaillées ci-dessous ne sont présentées qu’à titre indicatif. Les travaux qui sont engagés sur le terrain par l’académicien et la chargée de mission, permettront d’opérer à de légers réajustements.